Le "brutalism design", c'est quoi ?!

2018, c’est fini… Mais qui dit nouvelle année dit...nouveaux cahiers de tendances ! (Vous ne l’attendiez pas, celle-ci non ?)

Presque tous les sites de graphisme et de design ont le leur maintenant. Veille oblige, j’en parcourais justement un l’autre jour quand je suis tombée sur ce concept qui m’était alors inconnu : le “Brutalism design”. Alors évidemment, j’ai fait mes petites recherches...

Une tendance qui ne date pourtant pas d’hier

Parlons -un tout petit peu, promis- d’histoire d’abord. Loin d’une certaine idée de brutalité, le terme de “Butalism design”, popularisé par Le Corbusier, nous vient en vérité du mot “brut”, soit un design sans fards ni fioritures. Ce qui caractérise ce dernier est l’utilisation du béton comme matériau principal dans la construction des édifices. Les espaces sont alors créés de façon simple, primaire, purement fonctionnelle.

Un bel exemple avec le National Theatre - South Bank, Londres

Un bel exemple avec le National Theatre - South Bank, Londres


Ce style architectural a connu une très grande popularité dans un contexte post Seconde Guerre Mondiale où il fallait reconstruire très vite des villes qui avaient été détruites par les bombardements. Le « brutalism », par sa simplicité et son manque d’intérêt pour l’esthétisme, permit d’édifier un grand nombre de bâtiments à moindre coût. Leurs formes sont nettes, tranchées, et les ornements ou belles pierres de taille laissent place à la surface lisse et froide du béton.

“Et le webdesign dans tout ça” me direz-vous ?

Souvenez vous des balbutiements d’Internet : les premiers sites web que vous aviez pu consulter, la lenteur de chargement des pages dès lors qu’elles contenaient des images et la douce mélodie du modem résonnant encore à vos oreilles…

En ce temps là, contraintes techniques obligent, le web était assez austère… Alors dès lors que cette nouvelle technologie est devenue plus abordable, dès lors que Monsieur et Madame Tout-Le-Monde ont pu créer leur propre site ou blog, ce fût comme laisser des litres de gouache à une classe de maternelle. Internet se paraît de formes étranges, de couleurs criardes, de boutons clignotant à s’en décoller la rétine. Mais toujours en conservant la fonctionnalité première de chaque élément.  En ce temps là, Internet était le terrain de toutes les expérimentations, mais aussi de toutes les folies. Et pouvoir créer comme ça, ça faisait du bien, quand bien même ces créations fussent d’un goût plus que discutable.

Mais peu à peu, avec la complexification des outils web, cette absence totale de considération pour la lecture et le confort du visiteur est devenu un véritable problème. En ont suivi alors des années de recherche en UX (“User eXperience” - ou “Expérience Utilisateur” dans nos latitudes) pour en arriver au webdesign que nous avons aujourd’hui...et même, oserais-je dire, à une certaine normalisation du web.

Mais comme une image vaut mieux que mille mots, je vous laisse méditer sur cette infographie dénichée sur Twitter (@Jenny Johannesson)

design.png

En regardant cette image, le constat est sans équivoque : plus de la moitié des sites édités chaque années sont des clones les uns des autres. De très beaux clones, accordons-nous là dessus ! Mais soyons également honnêtes : avec cette étiquette “Less is more” qu’on lui colle partout et à longueur de temps, Internet s’asceptise et s’essouffle peu à peu…

Mais hauts les coeurs ! A chaque mouvement artistique ou tendance sa némésis. Et comme le dit l'adage, c’est avec les vieux pots qu’on fait les meilleurs confitures : le brutalism design fait son grand retour. Mais attention, il a retenu ses erreurs et sait maintenant se faire le meilleur ami à la fois des webdesigners et des lecteurs.

Alors, le “Brutalism design” à la sauce 2019, ça donne quoi ?

Pour résumer de manière succincte, 2019 sera l’année du retour à l’expérimentation, l’année où le design web va retrouver son D majuscule, l’année où UI et UX vont pouvoir s’en donner à coeur joie et répondre à notre nostalgie des années 90.

Mais le “Brutalism” étant un style qui s’expérimente plus qu’il ne peut s’expliquer, voici quelques exemples les plus connus (et encore, ceux là sont encore très sages) :

 
 

Vous voulez en découvrir plus ? Ces sites sont encore trop timides à votre goût ?  Vous voulez découvrir jusqu’à quel point ce concept peut être poussé ? Alors préparez vos mirettes et allez faire un tour sur brutalistwebsites, un blog qui recense pléthore de sites de la mouvance brutalist.

Alors, que pensez-vous de cette tendance ? Si vous aussi vous souhaitez un design original et impactant, n’hésitez pas à nous envoyer un petit mot !

PS : si le Brutalism Design vous a intéressé mais n’est pas votre tasse de thé, nos équipes de designers ont chacun leur style :)

Lea Crepas